Les fichiers téléchargeables dans cette rubrique sont libres de droits mais en cas de citation, celle-ci doit comporter l’indication de la page de téléchargement et de la date de consultation.

 

 

 

  • BIOLINGUISTIQUE – documentation : Edition bilingue du sommaire et de la conclusion de l’article The faculty of language : what is it, who has it, and how dit it evolve ? de Hauser, Chomsky & Fitch (2002) 

 

 

 

 

 

 

TRANSITIVITE, CAUSATIVITE ET INTERLOCUTION 2013, inédit, 25 janvier 2013
  • Les deux propriétés essentielles des verbes, la transitivité au plan syntaxique et la causativité au plan sémantique entretiennent une relation inverse à l’activité d’interlocution, c’est-à-dire de communication linguistique entre deux interlocuteurs. Pour le locuteur, la causativité est primaire, car elle détermine le choix entre deux perspectives sur un événement, non causative (limitée au Patient) ou causative (intégrant le Patient et l’instance causatrice : événement, action, agent d’une action intermédiaire). Pour l’allocutaire en revanche, la transitivité est primaire, car elle est immédiatement repérable, sans toutefois qu’une construction transitive implique une prédication causative. Cette étude prend la suite de différents travaux antérieurs de l’auteur sur cette question et constitue l’arrière-plan de sa conférence invitée au colloque franco-allemand de sémantique lexicale textuelle d’Osnabrück (6-8 février 2013).
*      *
*
Constructions verbales et analogie : le cas des verbes français de causation d’entraînement
TELECHARGEMENT : support de l’exposé de Jacques François & Sascha Diwersy au colloque LANGAGE & ANALOGIE, Tozeur (Tunisie), 3-5 octobre 2012
  • De nombreux verbes français entrant dans une construction exprimant l’entraînement d’un Patient (animé ou pas) par un Agent vers ou jusqu’à une Destination (ex. Le gardien a poussé le détenu dans sa cellule) entrent également par une analogie – comparable à l’analogie auditive entre deux accords musicaux dont la note supérieure est identique et qui opèrent une modulation tonale –  dans des constructions qui s’en écartent par la spécification de la Destination comme une action à accomplir par le Patient (ex. Le juge a poussé l’inculpé à l’aveu du crime | à avouer le crime) et/ou par la substitution d’un sujet non animé, souvent événementiel (ex. La misère a poussé les enfants dans la rue | à la mendicité | à mendier leur pain).
  • L’objet de l’exposé était de repérer pour 30 verbes français leur aptitude à saturer une matrice de 9 constructions associées par ce type d’analogie. Le résultat le plus frappant est que certains verbes ne peuvent glisser de la construction à Destination proprement spatiale vers celle à Destination-Action que si le Patient (de l’entraînement) & Agent (de l’action à accomplir) accomplit celle-ci sur lui-même (ex. Le débiteur s’est abaissé à supplier le créditeur de lui accorder un délai)
*      *
*
Morphologie constructionnelle et étymologie synoptique
  • L’accessibilité en ligne du Dictionnaire Synoptique d’Etymologie du Français d’Henri Stappers (1900) grâce à l’université d’Ottawa, au moment où la morphologie lexicale dite « constructionnelle » marque clairement son territoire, incite à une réflexion approfondie sur les deux visions étymologique (en diachronie) et constructionnelle (en synchronie) de la formation du lexique du français moderne. La thèse défendue dans le papier qui suit est que le statut de « mot construit » n’est pas incompatible avec le repérage d’une relation étymologique (évolution phonétique ou emprunt) de sorte qu’une double attribution constructionnelle ET étymologique est concevable. L’étude est illustrée par le premier article du dictionnaire de Stappers consacré à la famille étymologique du lat. cadere par l’intermédiaire de l’afr. cheoir.
La morphologie ‘constructionnelle’ est-elle compatible avec l’étymologie ‘synoptique’ ? (PDF, mis à jour le 20 juillet 2011)
*      *
*
JUSTE en famille
  • L’examen linguistique des textes d’évaluation (par exemple des expertises) suscite actuellement un grand intérêt, en particulier en traitement automatique du discours, car elle doit permettre à terme de repérer automatiquement les jugements du rédacteur (par ex. par degré de complexité croissante : (1) Cette critique est juste / injuste ; (2) Je trouve cette critique juste / injuste ; (3) L’auteur a été critiqué à juste titre / injustement ; (4) Cette critique ne manque pas de justesse.
  • La brève étude qui suit porte sur la polysémie très différente des adjectifs juste et injuste et des adverbes dérivés justement et injustement. Le cadre théorique adopté est celui de la Grammaire Systémique Fonctionnelle élaborée par M.A.K. Halliday et plus spécialement la théorie de l’évaluation (angl. ‘appraisal’) développée par ses collaborateurs J.R. Martin et P.R. White.
  • La référence à ce cadre théorique peut être vue comme un troisième hommage aux linguistes australiens, en marge de la linguistique anthropologique de W. Foley (article ANTHROPOLINGUISTIQUE de la rubrique GLOSSAIRE DE LINGUISTIQUE FRONTALIERE) et des domaines de l’ethnolinguistique inventoriés par B. Peeters dans le cadre de la Métalangue Sémantique Naturelle mise en place principalement par A. Wierzbicka, C. Goddard et B. Peeters en Australie (article ETHNOLINGUISTIQUE de la même rubrique).
Justement / injustement [exposé au Colloque de Linguistique Systémique Fonctionnelle de Brest, 4 juin 2010, PDF]
*      *
*
  • Bien que l’édition d’ouvrages de linguistique connaisse en France et dans l’espace francophone un reflux préoccupant et que la linguistique française peine actuellement à renouveler son profil universitaire entre les formalismes syntaxiques et phonologiques et les approches fonctionnelles, la pragmatique, l’analyse du discours et la sociolinguistique, la linguistique progresse à grands pas à l’étranger, aux USA bien sûr, mais aussi en Allemagne, en Australie, au Canada, etc.
  • Les Grammaires de Construction, qui examinent des associations originales entre une expression et un contenu, par exemple dans la phrase élémentaire Cette formulation appelle des commentaires où le verbe appeler s’associe à un sujet grammatical et un objet direct a priori incongrus, ont été développées à partir du milieu des années 1980 entre autres par Ch. Fillmore, R. Langacker, G. Lakoff, A. Goldberg, W. Croft. Désormais, avec les travaux récents en « linguistique basée sur l’usage » de J. Bybee, elles intègrent la notion d’Exemplaire, dérivée de celle de Prototype grammatical, qui vise à identifier une instanciation particulière de la Construction assurant la fonction de catalyseur.
    Construction et exemplaires. PhilN 58 [pdf]