LES LANGUES VUES COMME DES SYSTEMES ADAPTATIFS COMPLEXES

[juillet 2021]
Ferdinand de Saussure (Cours de linguistique générale, 1916) et les linguistes structuralistes du 20° siècle ont affirmé que les langues sont des systèmes ou plus exactement sont composées d’un empilement de systèmes appliqués à chacun des plans phonologique, morphologique, syntaxique et lexical.
Cette vision s’applique en priorité à chaque « état de langue », par exemple l’ancien français (des origines à ± 1350), le moyen français (1350-1550), le français pré-classique (1550-1650), le français classique (1650-1800) et le français moderne (depuis 1800).
Mais en diachronie, c’est-à-dire en comparant les états de langue successifs, il est difficile de se convaincre que les modalités de la transition entre deux systèmes successifs aient un caractère systématique.
Une nouvelle théorie linguistique dérivée de la « linguistique fondée sur l’usage » propose cependant une nouvelle vision de ces processus évolutifs en appliquant à l’évolution des langues une grille de lecture qui a fait ses preuves dans des domaines variés (notamment en météorologie / climatologie, en économie ou en immunologie) et qui provient de l’analyse mathématique des systèmes dynamiques complexes. L’article ci-dessous vise à illustrer l’intérêt de cette vision renouvelée de l’évolution des langues.

J. François 2021 Langues et systèmes adaptatifs complexes

♦ ♦ ♦

LANGAGE ET CERVEAU

 

Cerveau linguistique

Carte des aires de l’hémisphère gauche du cerveau concernées par le traitement du langage
 
L’esprit, la nature et les mathématiques : c’est le sujet du fascinant roman d’histoire des sciences Trois explications du monde du physicien britannique d’origine hongroise Tom KEVE (Albin Michel 2010). Sa lecture m’a donné envie de renvoyer les lecteurs intéressés à une nouvelle (inter-)discipline, l’épistémologie évolutionniste, et à sa formulation chez le physicien, linguiste et biologiste allemand Gerhard VOLLMER.
Cognition, sémiotique et évolution : de Tom Keve à Gerhard Vollmer [20-8-2013]
 
La littérature sur l’origine et l’évolution du langage humain a suscité de nombreux travaux de qualité depuis une dizaine d’années, la plupart en anglais. Le compte rendu comparatif qui suit (paru dans la revue Syntaxe & Sémantique n°11, Presses Universitaires de Caen) met en perspective trois ouvrages parus entre 2007 et 2010 de Bernd HEINE & Tania KUTEVA, de Talmy GIVON et de Joan BYBEE, quatre spécialistes des « parcours de grammaticalisation » et de la « linguistique de l’usage ».
Trois monographies récentes sur les parcours de grammaticalisation et la linguistique de l’usage (Syntaxe & Sémantique 11, 2010)
 
Au cours des deux dernières décennies, les médias se sont progressivement emparés des découvertes en neurosciences, en raison des acquis impressionnants de l’imagerie cérébrale clinique et fonctionnelle et des inquiétudes grandissantes sur le drame moral et le poids social des démences séniles, égalemement appelées ‘affections neurodégénératives’. L’article ci-dessous, paru en 2011 dans les Cahiers de Lexicologieexamine la place croissante des termes en neuro~ au long de vingt années (1987-2006) du quotidien Le Monde. L’étude révèle différents profils évolutifs entre des termes à progression fulgurante et d’autres en voie de disparition.
La médiatisation croissante du vocabulaire des neurosciences