L’étude des LANGUES et de leur GRAMMAIRE remonte à un passé très ancien dans certaines civilisations.
Les grammaires du SANSKRIT, la langue sacrée de l’Inde, sont les plus anciennes, en particulier celle due au grammairien indien Panini au 4° siècle av.J.C.
  • https://en.wikipedia.org/wiki/P%C4%81%E1%B9%87ini (en anglais, article très développé)
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Panini_(grammairien) (en français, article bref)

 

Les premiers grammairiens GRECS faisaient partie du courant philosophique des STOÏCIENS.
Les deux grammairiens grecs les plus célèbres de l’antiquité étaient Denys le Thrace (ou « le Grammairien ») au 2° siècle av.J.C. et Appolonios Dyscole au 2° siècle ap.J.C.
  •  https://fr.wikipedia.org/wiki/Apollonios_Dyscole

On considère habituellement que la PHILOSOPHIE DU LANGAGE remonte à un dialogue de Platon, le CRATYLE, dans lequel Socrate discute ce que le philosophe Charles SERRUS  a appelé au 20° siècle Le parallélisme logico-grammatical et propose des analyses étymologiques.
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Cratyle_(Platon)

Quant à la LINGUISTIQUE proprement dite, issue de l’étude des GRAMMAIRES et libérée de la tutelle de la philosophie du langage, son histoire est beaucoup plus récente. Elle remonte au tournant du 19° siècle avec la concurrence enrichissante entre la grammaire comparée des langues indo-européennes et celle de la linguistique générale à partir des collectes de données (très réduites, en général aux traductions du Pater Noster dans les langues « vernaculaires », c’est-à-dire d’usage quotidien, en raison de l’œuvre d’évangélisation des missionnaires depuis la Renaissance).
En 1808 le philosophe romantique Friedrich SCHLEICHER a été le premier à pointer sur les ressemblances entre différentes langues d’Europe et de l’Inde, suivi en 1816 par le premier comparatiste dans le sens moderne, Franz BOPP, à la jeune université de Berlin.
Et à la même époque paraît en quatre volumes successifs le Mithridates de Johann Christian ADELUNG et Johann Severin VATER, qui rassemble et organise géographiquement les traductions du Pater Noster dans plus de 400 langues de toute la planète.
Et dès 1820, Wilhelm von HUMBOLDT s’engage dans une théorie générale des traits communs et distinctifs entre les grammaires des langues d’Europe, d’Asie et du Nouveau Monde qui constitue l’acte de naissance de la linguistique générale

 

  • Mes travaux sur l’histoire de la linguistique allemande et française [Fichier en préparation]